Quésaco : Préparer son parcours

 

Allez hop, quelques informations sur “comment” nous préparons nos sorties en biclou !

Notre méthode n’a rien d’exceptionnelle et on essaie de faire simple (enfin … au début, après ça se complique …)

Se laisser guider …

Le site de l’AF3V (click!) recense toutes les voies vertes et véloroutes de France. Les informations sont nombreuses et permettent de construire un parcours facilement.

Si vous souhaitez voyager sans trop vous inquiéter de la navigation et sur des voies sécurisées, ces itinéraires sont parfaits. Les voies de circulation sont généralement dédiées au vélo et une signalisation régulière informe des distances, directions … Nous parcourons régulièrement les voies vertes. C’est facile et agréable. Mais attention à la fréquentation, surtout les W.E. et sur les portions a proximité des agglomérations. Des topo-guides détaillés existent pour tous les grands itinéraires.

… ou Suivre son chemin.

Le biclou-nomade est en quête de découvertes, d’un retour à la nature … et aura tendance à fuir la foule. Alors, pour nous, sortir des voies balisées est devenu inévitable !

Définir les étapes obligatoires du parcours, les lieux à visiter absolument

Prendre en compte la durée du séjour en restant raisonnable sur la distance entre ces étapes. Nous programmons des journées de 40 à 70 km de vélo par jour. Au-delà, c’est plus des vacances 

Tracer une ébauche du parcours

Attention au dénivelé !! Les vélos sont lourdement chargés …

Faire des hypothèses sur les points de départ et d’arrivée

Dans la mesure du possible, nos parcours sont construits en boucle. Point de départ = Point d’arrivée. En évitant de passer 2 fois au même endroit. Pas drôle. Mais dans certains cas, ce n’est pas possible. Les solutions de retour s’envisagent donc en transport en commun.

Un train spécial est accessible aux cyclotouristes de la Loire à vélo pour un retour au point de départ.

 

Les blogs et sites internet dédiés au cyclotourisme sont nombreux. Certains proposent des cartographies et traces .gpx (fichiers gps) En combinant nos propres itinéraires avec d’autres déjà pratiqués nous gagnons du temps de préparation. Internet est une mine d’informations !

Modéliser le parcours

Au départ, nous utilisons une carte pour visualiser notre trajet. Dans la plupart des cas une échelle 1/100000ème est suffisante. Mais l’altimétrie et donc le dénivelé peuvent être difficiles à appréhender. Le système GPS devient alors intéressant. Et j’aime bien la technologie … Et un jour le Père Noël m’a apporté un joli GPS … Et maintenant j’utilise un logiciel  de cartographie pour finaliser l’itinéraire. Enfin j’essaye … 🙂

 

Finalement c’est pas si compliqué et les avantages sont nombreux : Données précises de chaque étape (altimétrie, distances …), cartographie complète au 1/25000ème  , ajout des points d’intérêts  (campings, lieux à visiter ..), vision complète du parcours et export sur Google-Earth, …

Google earth pro

Le parcours est ensuite intégré au GPS qui assurera la navigation selon le chemin tracé via le logiciel de cartographie. A noter : Le GPS enregistre aussi votre parcours (trace). Ce qui nous permet, au retour, de connaitre le parcours réellement suivi et d’obtenir toutes les statistiques nécessaires… Et de partager notre itinéraire sur biclou-nomade (les fameux fichiers .gpx)

Mais d’autres solutions existent sans investir dans un GPS. Par exemple, en croisant les outils Google-maps / Google-earth  et les éditions de cartes sur-mesure (cartes à la carte) de l’IGN (click!) on obtient un road-book tout aussi efficace.

Bon, c’est vrai que c’est pas indispensable tout ça … Mais il s’agit avant tout de se faire plaisir, non ? (Et avec une bonne carte, pas besoin de piles !!)

La soif de nature mène parfois au cul-de-sac !

Merlin par la Vilaine et Oust retour à Redon

Bretagne, septembre 2016

Merlin par la Vilaine et Oust retour à Redon

Itinéraire préparé par Agnès

Jour 1 – 61 km – REDON à BOURG DES COMPTES
Au départ de Redon, le parcours devient rapidement sauvage le long de la Vilaine. La voie de hallage est en bon état. Le revêtement est toutefois très salissant. Ça doit être terrible en cas de pluie !Paysage Vilaine

Quelques villages et ouvrages le long du parcours. A noter l’accueil chaleureux du Café Restaurant de Brain-sur-Vilaine, place des Ormeaux (accès direct depuis la Vilaine) L’arrivée a Bourg-des-Comptes est marquée par le passage de l’écluse avec passerelle mobile.

Passerelle mobile sur Ecluse

Bon accueil au Camping municipal.

Jour 2 – 65 km – BOURG DES COMPTES à PAIMPONT
Le parcours alterne chemins, petites routes sur divers revêtements en bon état, dans un écrin de verdure.
Nous quittons la Vilaine par le pont SNCF dont une partie est aménagée pour les piétons. Malgré les premières inquiétudes, la remorque passe « tout juste » entre les 2 barrières.

Remorque vs passerelle

Changement de paysage, retour à la civilisation. Et suite a une erreur de navigation, traversée de Pont Péan, Bruz et St Oven. Nous en profiterons pour faire notre ravitaillement !

*(Sauf a devoir faire ses courses, nous conseillons plutôt de traverser la Vilaine au pont SNCF et de prendre la 1ère route à gauche jusqu’à Pont-Réan puis St Oven)

La route se perd rapidement sur de grands plateaux agricoles. D’immenses champs céréaliers a perte de vue.

 

Seuls quelques éoliennes et bosquets d’arbres viennent ponctuer le paysage. Progressivement, les champs disparaissent et laissent la place aux arbres et à la forêt.

L’arrivée à Paimpont et a son camping se fera sous une pluie très Bretonne (vous voyez, lorsque la pluie arrive aussi par en bas:-))

Visite de la ville médiévale a pied, quelques bars restaurants pour envisager de passer une bonne soirée !

Jour 3 – 69 km – PAIMPONT à LA PRENESSAYE
En bon touriste, nous prenons la direction du tombeau de Merlin l’enchanteur et de la fontaine de jouvance. Bon. Le cadre forestier est agréable mais pas grand chose a voir.

Les kms s’enchainent sans grande difficulté jusqu’à St Méen-le-Grand ou nous prenons une voie verte. La dernière partie de cette journée, à partir de Merdrignac, est plutôt sportive.

Une lonnnngue montée régulière … L’arrivée a la Pressenaye est agréable mais le chemin passe a proximité d’une carrière en activité assez impressionnante et bruyante. Le camping municipal est petit, propre et calme.

Bon a savoir : En dehors des périodes de congés, la clé des sanitaires est disponible a la Mairie. Et on passe devant la Mairie pour aller au camping … qui lui est tout en haut du village (grosse grimpette)


Jour 4 – 67 km – LA PRENESSAYE à PONTIVY
Retour sur la voie verte. Le parcours est agréable, nous traversons de nombreux hameaux jusqu’à Mur-de-Bretagne. Nous rejoignons le “canal de Nantes a Brest” à partir du Barrage de Guerlédan. Nous profitons de la pause déjeuner pour faire une halte a St Aignan.

St Aignan

Très joli petit village.

St Aignan - Eglise

 

La voie de hallage est globalement en bon état. Les abords sont agréables. Doucement, la nature reprend ses droits sur les aménagements des hommes.

Oust

Pontivy, cité médiévale. A visiter pour ses monuments, ruelles et restaurants.

Pontivy - Citadelle

Pontivy - Crêpe

 

Le camping municipal est situé a proximité directe du centre ville. Donc beaucoup de bruit et un cadre pas franchement agréable (pour nous) Malgré tout bon accueil et camping correct.

Jour 5 – 68 km – PONTIVY à LE ROC ST ANDRE
Très belle étape avec peu (pas) de dénivellé. Le cours d’eau suit un parcours sinueux constitué d’écluses anciennes et bordé d’antiques bâtiments réhabilités (ou pas).

A l’écluse de Timadeuc, nous avons fait un crochet jusqu’à l’Abbaye du même nom. Bon, le bâtiment est a voir.

A visiter absolument : Josselin, cité médiévale. L’accès au clocher de l’église est gratuit.

 

 

Le camping de le Roc St André est assez original. Il y a bien sur des emplacements « classiques » mais aussi la possibilité de louer des caravanes d’époques. Anciennes ou rares.

A noter : Piscine couverte !

Jour 6 – 49 km – LE ROC ST ANDRE à REDON
Journée assez classique sur une voie de halage, village à découvrir pour une pause café : Malestroit. La fin du parcours jusqu’à Redon est assez linéaire mais agréable.

Oust vers Redon

Pour conclure :
Cette boucle d’environ 400 km permet de découvrir une partie de la diversité des paysages bretons et la richesse de son histoire. Le jour 3 nous a rappelé, qu’il y a fort longtemps, la Bretagne était un massif montagneux…

Trace .GPX (zippé) : Bretagne – Merlin par la vilain et Oust retour a Redon

Carte - Vue globale parcours