Quésaco : Préparer son parcours

 

Allez hop, quelques informations sur “comment” nous préparons nos sorties en biclou !

Notre méthode n’a rien d’exceptionnelle et on essaie de faire simple (enfin … au début, après ça se complique …)

Se laisser guider …

Le site de l’AF3V (click!) recense toutes les voies vertes et véloroutes de France. Les informations sont nombreuses et permettent de construire un parcours facilement.

Si vous souhaitez voyager sans trop vous inquiéter de la navigation et sur des voies sécurisées, ces itinéraires sont parfaits. Les voies de circulation sont généralement dédiées au vélo et une signalisation régulière informe des distances, directions … Nous parcourons régulièrement les voies vertes. C’est facile et agréable. Mais attention à la fréquentation, surtout les W.E. et sur les portions a proximité des agglomérations. Des topo-guides détaillés existent pour tous les grands itinéraires.

… ou Suivre son chemin.

Le biclou-nomade est en quête de découvertes, d’un retour à la nature … et aura tendance à fuir la foule. Alors, pour nous, sortir des voies balisées est devenu inévitable !

Définir les étapes obligatoires du parcours, les lieux à visiter absolument

Prendre en compte la durée du séjour en restant raisonnable sur la distance entre ces étapes. Nous programmons des journées de 40 à 70 km de vélo par jour. Au-delà, c’est plus des vacances 

Tracer une ébauche du parcours

Attention au dénivelé !! Les vélos sont lourdement chargés …

Faire des hypothèses sur les points de départ et d’arrivée

Dans la mesure du possible, nos parcours sont construits en boucle. Point de départ = Point d’arrivée. En évitant de passer 2 fois au même endroit. Pas drôle. Mais dans certains cas, ce n’est pas possible. Les solutions de retour s’envisagent donc en transport en commun.

Un train spécial est accessible aux cyclotouristes de la Loire à vélo pour un retour au point de départ.

 

Les blogs et sites internet dédiés au cyclotourisme sont nombreux. Certains proposent des cartographies et traces .gpx (fichiers gps) En combinant nos propres itinéraires avec d’autres déjà pratiqués nous gagnons du temps de préparation. Internet est une mine d’informations !

Modéliser le parcours

Au départ, nous utilisons une carte pour visualiser notre trajet. Dans la plupart des cas une échelle 1/100000ème est suffisante. Mais l’altimétrie et donc le dénivelé peuvent être difficiles à appréhender. Le système GPS devient alors intéressant. Et j’aime bien la technologie … Et un jour le Père Noël m’a apporté un joli GPS … Et maintenant j’utilise un logiciel  de cartographie pour finaliser l’itinéraire. Enfin j’essaye … 🙂

 

Finalement c’est pas si compliqué et les avantages sont nombreux : Données précises de chaque étape (altimétrie, distances …), cartographie complète au 1/25000ème  , ajout des points d’intérêts  (campings, lieux à visiter ..), vision complète du parcours et export sur Google-Earth, …

Google earth pro

Le parcours est ensuite intégré au GPS qui assurera la navigation selon le chemin tracé via le logiciel de cartographie. A noter : Le GPS enregistre aussi votre parcours (trace). Ce qui nous permet, au retour, de connaitre le parcours réellement suivi et d’obtenir toutes les statistiques nécessaires… Et de partager notre itinéraire sur biclou-nomade (les fameux fichiers .gpx)

Mais d’autres solutions existent sans investir dans un GPS. Par exemple, en croisant les outils Google-maps / Google-earth  et les éditions de cartes sur-mesure (cartes à la carte) de l’IGN (click!) on obtient un road-book tout aussi efficace.

Bon, c’est vrai que c’est pas indispensable tout ça … Mais il s’agit avant tout de se faire plaisir, non ? (Et avec une bonne carte, pas besoin de piles !!)

La soif de nature mène parfois au cul-de-sac !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.