La Voie Verte du Velay

Le 1er novembre, fête du vélo … Enfin c’est ce que l’on a fait 🙂

A partir de Brives-Charensac (Puy en velay) à Costaros (au lac du Pechay), retour sur notre sortie vélo sur l’ancienne voie ferrée Puy-en-Velay à Langogne.

 

Carte voie verte du Vellay

Temps très froid (-5° au départ) mais l’arrivée du soleil en cours de matinée a permis de réchauffer cette journée de Brives-Charensac à “un peu plus loin que” Solignac-sur-Loire

Le parcours sur l’ancienne voie ferrée est bien fléché et balisé de nombreux panneaux d’information.

Le revêtement est stable et confortable mais certainement très salissant par temps de pluie.

L’ancienne voie ferrée remonte le versant est de la vallée de la Loire, pour atteindre le village de Solignac-sur-Loire (plateau à 830 mètres d’altitude).

Sur le trajet, plusieurs belvédères sur la ville du Puy et le massif du Mézenc.

Ville du Puy-en-Velay

La voie permet de franchir plusieurs ouvrages d’art particulièrement bien conservés et frais !

  • Le tunnel de Taulhac : 1141m
  • Le tunnel du Riou : 1268m
  • Le tunnel de Malpas : 564m
  • Le tunnel de Pradeaux : 370m
  • Le tunnel de Veneyres : 281m
  • Le viaduc de la Gagne : 184m

 

Le viaduc de la Gagne et Tunnel de Veneyres
Ancienne gare de Solignac
Ancienne gare de Solignac

 

Réservoir d'eau de la gare de Solignac
Réservoir d’eau de la gare de Solignac

Le parcours se poursuit sur un plateau avec vue panoramique sur le massif du Mézenc et du Devès. Le panorama contraste avec la partie précédente, principalement en ascension de vallée.

Nous avons fait notre pause à l’ancienne gare du Brignon dont il ne reste que le quai. Et puis demi-tour.

Ancienne gare du Brignon
Ancienne gare du Brignon

Le froid de début de matinée a eu raison de nous et nous préférons redescendre tranquillement pour profiter du soleil et de la vue (magnifique)

La voie verte, elle, continue jusqu’au village de Costaros. A moins d’1 kilomètre du village, se situe le lac du Péchay. Lieu a découvrir.

Infos pratiques:

Le Puy-en-Velay à Le Brignon : 40 km A/R  – 360 m D+

Voie verte facile mais itinéraire très sauvage entre Le Puy et Solignac (Pas de commerces ou point d’eau).

Pour la traversée des tunnels, prévoir des vêtements chauds.

Lien vers OT Puy en Velay

Trace du parcours .gpx

Carte de la trace .gpx
Carte de la trace .gpx

De la Bresse au Jura, le temps d’un week-end

2 jours de libre, et hop, on est parti ! Récit de la découverte des voies vertes « La Bressane » et PLM « Lons-le-Saunier à Chatillon »

La voie verte « La Bressane » débute à Chalon-sur Saône. Pour une balade sur le week-end, nous partirons de Louhans jusqu’à son terminus, Lons—le-Saunier, soit environ 30 km. (Châlon à Louhans : 40 km)

Carte du parcours – Louhans (71) à Chatillon (39)

Arrivé à Louhans vers 10h00 samedi matin, nous laissons la voiture sur un petit parking à proximité de la voie verte (voir POI dans le fichier .gpx) Nos sacoches et la remorque sont remplies du matériel nécessaire pour 2 jours en autonomie et une nuit en camping.

Après la traversée de la Seille sur une passerelle, l’itinéraire évite le centre-ville. Le parcours alterne voie verte et routes partagées sur les premiers kilomètres et nous emmène rapidement dans la campagne Bressane.

 

La Bressane – Sortie de Louhans

 

Le revêtement et les équipements sont au « standard voie verte ». Quelques bancs mais peu de tables de pique-nique sur le trajet. 2 aires repérées en début et fin de voie verte. L’enrobé permet de rouler agréablement en tenant une petite moyenne de 15 Km/h. Les abords et intersections sont bien sécurisés.

Le paysage est une succession de points de vue sur les cultures et les champs.

La Bressane – Paysages

Les passages ombragés sont nombreux et les bois cachent quelques belles étendues d’eau très sauvage.

L’autoroute A39, construite récemment, coupe l’itinéraire. Le passage de cet obstacle se fait donc par un pont normalement destiné aux animaux sauvages !

Pour la plupart, les anciennes gares ont été rénovées en habitations.

La Bressane – Anciennes gares

Seul ouvrage d’art du parcours; un impressionnant et très haut viaduc à Montmorot

L’arrivée à Lons-le saunier est agréable, au milieu des bois. Le dernier km un peu moins car la voie verte longe les lignes de chemin de fer. Mais « la vache qui rit » vous accueille à la sortie de « la Bressane »

Usine “Vache qui rit” à l’entrée de Lons le Saunier

Pour éviter les axes à forte circulation, nous avons pris la petite rue en face. Ainsi, nous récupérons le centre-ville, ses places, le théâtre et le parc des thermes.

 

Lons le Saunier – Les thermes

 

Lons le Saunier – Parc et jet d’eau

Depuis Lons-le-Saunier, l’absence de fléchage « Voie verte PLM » peut rendre l’opération compliquée … Le plus simple, suivre Perrigny et grimper jusqu’à son église. Puis direction le parking du cimetière ou la voie verte débute. Attention montée à 13% sur près d’1km, jusqu’au départ de la voie verte.

La ligne PLM a été ouverte en 1891 pour relier Lons-le Saunier à Champagnole. Déclassée en novembre en 1953, elle a été réhabilitée en voie verte il y a quelques années par la Communauté de Communes du Bassin Lédonien. Aujourd’hui, la voie verte PLM est aménagée entre Perrigny et Chatillon et permet donc d’atteindre le 1er plateau du Jura (Lac de Clairvaux) soit 20 km. Pour la petite histoire: PLM, Paris-Lyon-Méditerranée est le nom de la société de chemin de fer qui, après privatisation en 1938, est devenue la SNCF.

PLM Perrigny – Vue sur Lons le Saunier

A son départ, cette voie verte longe les vignes. Puis, suivant un très faible dénivelé, de superbes points de vues sur la vallée de la Vallière, Conliège et Lons-le-Saunier.

PLM Conliège – Vue sur le Village

Cette douce montée (2-3%) en gravillon stabilisé permet de découvrir la reculée des monts de Revigny. Régulièrement, des panneaux donnent des informations sur la géologie, l’environnement, l’histoire … De très nombreux ouvrages d’art en pierre rendent l’itinéraire ludique et intéressant:

  • 6 tunnels en pierre (813m, 262m, 251m, 125m, 50 et 188m)
  • 1 pont métallique type Eiffel (74m)
  • 1 tranchée couverte (94m)
  • 1 viaduc (42m)
PLM – Tunnel de la Diane

Le tunnel de la DIANE est le plus long avec ses 900 mètres. Tous les tunnels sont éclairés.

L’énergie est fournie par une centrale photovoltaïque située à la sortie du tunnel de la guillotine.

Sur le trajet, des tranchées couvertes et un pont métallique.

PLM – Panorama et vue sur la gare de Conliège

 

PLM – Tunnel

 

PLM – Pont métallique entre 2 tunnels

 

PLM – Panorama

Le dernier tunnel est une propriété privée. Son propriétaire a transformé cet ouvrage en cave à vin pour le stockage et l’affinage. Il faut donc le contourner par un escalier. Une rampe a été aménagée pour faciliter le passage des vélos et remorques.

Escalier et rampe – La montée se fait sans trop de difficultés

 

PLM – En haut de la rampe

Environ 50 mètres dans un étroit sentier avant de retrouver une petite route et le sommet.

PLM – Contournement du dernier tunnel – ça va passer !

Le contournement est fléché sur de petites routes et chemins. L’arrivée sur le plateau (point le plus haut) nous emmène à travers des paysages Jurassiens très variés.

Le revêtement en enrobé est très roulant.

PLM – Ouvrages d’arts
PLM – Vers Chatillon

De beaux panoramas sur le trajet jusqu’au village de Chatillon.

PLM – En descendant sur Chatillon

A 5 kilomètres du lac de Chalain, l’un des plus beaux lacs jurassiens.

Fin de journée passée au Camping de l’Epinette et à la piscine 🙂

PLM – Camping les Epinettes – Piscine

Le lendemain, retour par le même itinéraire pour retourner à Louhans. Mais dans le sens de la descente !

Au total, un peu plus de 100 km (735m D+) sur le W.E. Mais surtout nous repartons avec l’envie de revenir au départ du PLM pour continuer l’aventure plus loin, vers Champagnole, et … +

Notes:

Ces 2 jours entre Bresse et Jura ont été très agréables. Le contraste entre la plaine et le milieu montagnard est saisissant. Autant par les paysages que par les températures. Surtout au petit matin …  Ce parcours est idéal pour qui souhaiterai vivre une 1ère expérience du voyage a vélo. La seule réelle difficulté est la montée de Perrigny pour atteindre le PLM (1 km). Le reste du parcours est très accessible. Nous avons croisé des familles avec des enfants.

Pour l’hébergement: Camping *** Domaine de l’Epinette à Chatillon, presque à la sortie de la voie verte.

Grand camping en bordure de l’Ain. Le cadre est agréable, les emplacements sont répartis sur des terrasses dans la pente boisée. Piscine chauffée. Petite épicerie pour le ravitaillement et pizzeria/bar. Pas de commerces a Chatillon.

Fichier .gpx: Bressane – PLM

Review: Remorque vélo TOPEAK Journey

Sur Internet, très peu d’informations pratiques, ou d’utilisateurs, sur la remorque TOPEAK Journey. Alors je vous propose ci-après un retour d’expérience sur ce matériel.

Topeak Journey trailer en configuration d’origine

Achetée sur le bon coin d’occasion (mais neuve), nous avons utilisé cette remorque pendant 2 semaines sur 450 km lors de notre ballade en vallée du Lot. Le parcours a été très varié, empruntant des portions de GR, chemins plus ou moins carrossables (c’est bon ça !!), petites et grandes routes.

Passage sur GR65 vers FIGEAC

La météo a été plutôt clémente malgré un peu de pluie et des épisodes de chaleur. Peu de vent, pas de neige ni verglas 😉

La remorque a été très sollicitée puisque le poids de chargement approchait de la limite déclarée par le fabricant (32 kg). Et dépassait la hauteur recommandée …

Pour exemple, chargement dans le sac:

  • Tente 3 places Ultralight Decathlon
  • Sac de couchage
  • Sac à vêtements de Christophe
  • Sac a dos glacière
  • Siège trepied
  • Petite table ultralight
  • Matériel et outillage de réparation
  • Divers accessoires (corde a linge, petite hache …)

Chargement sur le sac:

  • 2 tapis de sol Décathlon A300 (lourd et encombrant)
  • Panneau solaire
La hauteur de de chargement recommandée ne doit pas dépasser le cadre supérieur …

Modifications apportées

Presque rien tellement cette remorque est bien conçu. Même les vis comportent déjà du frein filet !

  • Changement pneu d’origine (16″) par un Schwalbe Road cruiser
  • Ajout d’un filet élastique
  • Ajout d’un 2ème mât et drapeau pour + de visibilité

On a aimé

  • Le sac de 65 litres étanche (testé) et de bonne qualité
  • La garde au sol importante pour les passages tout-terrain
  • Le système d’accrochage au vélo. Fiable et très pratique a l’usage
  • Le poids à vide et la capacité de chargement (7 kg pour 32kg portés !)
  • La largeur de l’engin. Juste ce qu’il faut pour se faufiler.
  • La qualité de construction tout aluminium et des finitions (soudures)
  • Le tarif sur les sites web à l’étranger. A partir de 280€
  • S’adapte a toutes les dimensions de roues arrières (mais axe creux obligatoire)
  • Support pour un feu arrière

On a pas aimé

  • Les effets de “roulis” si chargement trop lourd au dessus du sac (propre a toutes les monos)
  • Difficile a manœuvrer en marche arrière (propre a toutes les monos)
  • La position préconisée dans le mode d’emploi pour les arrêts
  • Le feu arrière est en option
  • Le tarif neuf en France. Jusqu’à 450€ sur certains sites !!

Rester prudent

  • A haute vitesse et dans les virages. La remorque est longue et sur une seule roue. Risque de glissade
  • Charger en hauteur “sur le sac” dégrade la stabilité. Sans être réellement gênant à l’usage pour moi (quand on le sait et qu’on anticipe => vent, manœuvre, dépassement …)
  • L’ensemble est bas par rapport au vélo. Donc peu visible par les autres usagers de la route

Avis global

En roulant, la remorque se fait vite oublier. Et la traction sur terrain plat est plaisante. Le timon étant rigide, il n’y pas d’à-coup ou d’effet tire-pousse. Les efforts de pédalage sur le vélo sont ressentis de façon très linéaire. En montée, la Journey est agréable a tracter. Avoir une seule roue est un atout: on est moins collé à la route qu’avec une remorque 2 roues. Du très bon matériel, robuste mais léger. Très agréable a l’usage. La remorque passe sur tout type de chemin mais sa vocation n’est pas le tout-terrain. La structure supérieure permet de charger sur le sac et en hauteur (avec les inconvénients précisés ci-dessus).

En ajoutant un filet élastique on peut transporter facilement tout type de matériel. Et faire sécher son linge !

Conclusion:

Un remorque de qualité conçue pour le voyage. La conception tout aluminium limitera son usage (éviter les chemins cassants destinés aux VTT), mais est un atout pour les périples sur chemins carrossables, voies vertes, véloroutes. Idéale pour les voyages en famille ou sur une longue durée ! Note 08/10.

 

Lot’Story – Synthèse du parcours suivi – Carte, itinéraire, dénivelé, données .gpx

Itinéraire suivi en vallées du Lot, Célé, Dourdou
Dénivelé positif itinéraire – 7600 m D+ sur 438 km

Itinéraire au format .gpx:

Vallées du Lot, Célé & Dourdou – 2017 – 438 km – 7609 m D+

POI (Camping)

Pour retrouver facilement les différentes étapes, utilisez les liens ci-dessous:

(Départ) 05 juillet 2017 – Cahors à St Cyrq la Popie

06 juillet 2017 – St Cyrq la Popie à Brengues

07 juillet 2017 – Brengues à Figeac

08 juillet 2017 – Figeac a Livinhac

09 juillet 2017 – Livinhac à Conques

10 juillet 2017 – Conques à Espalion (via Bozouls)

11 juillet 2017 – Espalion à St Geniez d’Olt

12 juillet 2017 – Repos

13 juillet 2017 – St Geniez d’Olt à Villecomtal (via Bozouls)

14 juillet 2017 – Villecomtal à Livinhac (via Decazeville)

15 juillet 2017 – Livinhac à Cajarc

(Arrivée) 16 juillet 2017 – Cajarc à Cahors (via St Cyrq la Popie)

Et pour ceux qui utiliseront ces données pour construire leurs propres parcours, vous pouvez nous envoyer un petit merci ou 🙂  via les commentaires !

A bientôt !

Lot’Story – Cajarc à Cahors via St Cyrq la popie – 16 juillet 2017 – ARRIVEE

… On ne prononce pas le “c”. On dit Cajar !

Levé aux aurores ce matin. Grosse chaleur annoncée cet après midi.

Encore de beaux paysages sur ce parcours. Le Lot devient très large et le Causse beaucoup moins élevé.

Village perché de Calvignac
Lanargol

 

Vue sur le début de la plaine (et panneau solaire sur la remorque pour recharger les téléphones et autres)

La plaine entre Lanargol et Ceneviere à un charme particulier. Seulement quelques hameaux isolés et noyés dans de grands champs et cultures (blé, maïs …) Le calme règne sur ce petit territoire qui n’a pas l’air de vivre au même rythme que le reste du monde.

Château de Ceneviere
Passage à niveau de la voie ferrée du Quercy

La route se rétrécie de plus en plus pour terminer à flanc de falaise. Nous arriverons rapidement au bas de St Cyrq la Popie puis aux voies de halage de Bouzies. Cette étape annonce la fin de l’aventure. Encore 25 km et nous aurons terminé nos vacances. Ces 10 derniers jours, on aura “bouffé” la nature à pleine dent !

Cette dernière partie est faite rapidement, il s’agit du même itinéraire que le jour 1.

Passage des voies de halage de Bouzies

Et voilà, fin de l’aventure à 14h12 après 66 km aujourd’hui et plus de 450 km au total. Nous sommes fatigués mais heureux. Une belle aventure avec des rencontres, ses moments de joie (tous les jours) de difficultés (passage du lac de Castelnau, montées des Causses …) et beaucoup d’émotions partagées. Nous repartons avec le plein de paysages magnifiques. Prenez la suite, venez dans la vallée du Lot ! (Mais pas forcément en vélo 😁)

Dans les prochains jours, je compléterai les différents posts, de cartes, fichiers .gpx …

Merci à tous pour vos messages !

Lot’Story – Livinhac a Cajarc – 15 juillet 2017

Tablette réinitialisée dans la journée, c’est reparti !

Après le départ du camping de Livinhac, arrêt obligatoire à Boisse-Penchot. Dans ce village, boulangerie aux méthodes artisanales : Le chant du pain. Nous avons visité le fournil et pris des informations pour le projet d’Agnès. La variété de pains classiques et gourmands est impressionnante ! Et le pain est excellent ! Arrêt obligatoire si vous passez par ce village.

Entre Boisse-Penchot et Bouillac, nous empruntons quelques km de voie verte. C’est d’ailleurs la seule portion existante à ce jour sur notre parcours. Hormis l’ancienne voie ferrée Bozouls-Espalion, mais qui n’est pas vraiment aménagée.

La voie verte chemine dans une vallée très étroite.

 

De Bouillac à Capdenac, pas d’autres choix que d’emprunter la D840. Beaucoup de trafic routier, peu de place pour les vélos. Nous sortons de cette “autoroute locale” à Capdenac-gare. Et profitons du marché pour le ravitaillement.

La suite de l’itinéraire par la D86 est très agréable. Des champs, du maïs, des plantations de noyer … Et une petite route 😁

Petite montée à la sortie de Capdenac gare
Belle vue – Capdenac en arrière plan
Vue sur … Le Lot !
L’ombre est appréciée au milieu des noyers

Traversée du Lot à Larroque-Toirac
À proximité de Montbrun – Maison en pierre blanche
La route longe l’ancienne voie ferrée du Quercy
Montbrun village perché aux murs blancs

Et arrêt au camping de Cajarc pour la nuit

Aujourd’hui 50 km de vélo (même plus mal au c…)

Informations pratiques :

Marché de Capdenac-gare samedi matin. Beaucoup de producteurs locaux. Intermarché à proximité pour le coca 😉

Très agréable aire de pic-nic à la sortie de Ballaguier d’Olt.

Tres bon accueil au camping municipal de Cajarc** . Acces gratuit à la piscine municipale

Lot’Story – Villecomtal à Livinhac via Decazeville – 14 juillet 2017

L’un de nos plus gros soucis quotidien, c’est le ravitaillement 😀. À Villecomtal, nous avons trouvé de nombreux commerces.

Nous avons repris la route par la vallée du Dourdou jusqu’à Nauvial. Pas de surprise puisque nous avions déjà emprunté cet itinéraire il y a quelques jours. Mais dans l’autre sens … Ce qui nous rappelle que les vacances sont bientôt terminées.

Pour rejoindre la vallée du Lot, nous avons choisi de passer par Decazeville. Cette partie du parcours n’est pas très intéressante. La montée pour atteindre le col est assez rude et l’arrivée à Decazeville montre une ville en récession. L’ancien bassin minier, reconvertie sur l’industrie mécanique lourde et les hauts fourneaux, n’a pas résisté aux mutations économiques. Beaucoup d’usines fermées, des habitats abandonnés.

À l’entrée de la ville par l’artère principale, un gros panneau “interdit aux vélo”. Certainement l’accès à un voie rapide ?!. Pourquoi pas, mais pas d’indications routières pour les velos … De plus, les sens de circulation dans la ville sont très étranges : des sens interdits, voies uniques et tous les panneaux font converger vers cette route “interdite aux vélos” 😬 😤 👎

Donc retour aux bonnes méthodes: gps, Google maps !

Nous réussirons finalement à rejoindre la vallée du Lot et Livinhac par l’Estaque. En haut du col, la vue est magnifique.

Pour résumer, nous déconseillons le passage Nauvial-Decazeville pour rejoindre Livinhac.

Arrivé à Livinhac, tous à la piscine du Camping “le Roquelongue” !!

La journée s’est bien terminée avec un apéro dinatoire organisé par Élodie et ses parents à Flagnac. Merci à “Copine” pour ce moment très sympathique !

À propos: On ne dit pas Livin-hac mais Livignac 👏

(La tablette est HS depuis hier soir. Je cherche une solution pour continuer les articles quotidiens avec photos)

 

 

Lot’Story – St Geniez d’Olt à Villecomtal via Bozouls – 13 juillet 2017

Après 1 journée de repos, nous reprenons la route en direction de Villecomtal. Quelques km d’échauffement et nous attaquons le Causse qui sépare la vallée du Lot et la vallée du Dourdou.

6 km de montée pour arriver sur le Causse
Crejouls – Le plateau du Causse est magnifique
Entre Cruejouls et Gabriac

Lors de notre 1er passage à Bozouls nous n’avions pas pris le temps de visiter. Cette fois, nous sommes descendus dans le trou. Mais à pied !

Au fond du trou … On est descendu bien bas …

De Bozouls, nous prenons la route de Villecomtal.

Pause déjeuner à St Julien de Rodelle

La route (D20 ?) est très circulée et et nous apparaît dangereuse. A l’aide de nos cartes et gps nous chercherons un autre tracé. Finalement c’est Google maps qui nous trouvera un joli petit chemin pour redescendre le Causse, vers la vallée du Dourdou et Villecomtal.

Chemin en forte pente ! Dans les graviers, ça glisse …
Vue sur la vallée du Dourdou

Arrivé à Villecomtal, nous allons directement au Glamping “les terres rouges” (oui j’ai bien écrit Glamping).

Et là … Grosse grimpette 😥 Mais ce dernier effort est payant. Le concept est original et chaleureux.

De droite à gauche: Accueil, bar, salon d’été et piscine

L’accueil de Lily (propriétaire des lieux) avec de grands verres de sirop glacés nous fait du bien ! On se croirait un peu chez nous. Lily nous fait visiter le site et les emplacements pour tentes. Et finalement nous proposera un chalet tente.

Hier soir, pas de tente à monter 😎

Et même en restant 1 nuit, l’apéro du soir est offert et obligatoire 😁 Nous irons nous coucher un peu pompette 🍷

Informations pratiques :

Ravitaillement Bozouls et Villecomtal. La route entre Gabriac et Villecomtal par le Causse est assez circulée, donc prudence. De grandes lignes droites entre Bozouls et Villecomtal. Pas terrible, mais de beaux panoramas (quasi 360° par endroit)

Nous recommandons le Glamping. Mais attention l’accès est rude !

 

Lot’Story – St Geniez et St Eulalie d’Olt – 12 juillet 2017

Aujourd’hui, repos ! Pas ou peu de vélo. Marché de St Geniez d’Olt le matin et visite de St Eulalie d’Olt l’après-midi.

Passage du tour de france le 16 juillet, la ville est décorée aux couleurs de l’événement

St Geniez -Rive gauche
St Eulalie d’Olt
Le village a été construit avec les galets de la rivière

Et sieste l’après-midi 😀

Agnès a obtenu son CAP boulangère. Julien a reussi son Brevet des collèges. Et avec mention “bien” ! Donc apéro hier soir 😎

On attend les résultats de Leo au Bac de français. Encore un apéro !

Informations pratiques :

Le marché de St Geniez d’Olt est à faire. Beaucoup de producteurs locaux (fruits, charcuterie, fromage …)

Le Camping Marmotel est plutôt du style village vacances pour caravaning et mobiles homes. On passe un peu pour des extras terrestres. Alors, amis Biclou-nomades, l’autre Camping de St Geniez sera plus adapté pour une étape.

Intermarché à proximité.

Lot’Story – Espalion à St Geniez d’Olt – 11 juillet 2017

Nous avons quitté Espalion sans prendre le temps de visiter. Mais nous avons découvert, qu’il s’agit d’une des premières villes à avoir l’électricité vers 1880.

En route vers St Come d’Olt, le chemin longe le Lot et quelques jardins.

Accueillant !
St Come d’Olt

Sur l’itinéraire suivi jusqu’à St Geniez d’Olt, St Come est la dernière ville pour faire le ravitaillement.

Après un enchaînement de grimpettes assez difficiles avec nos vélos chargés, nous atteignons le barrage régulateur de crues de Castelnau.

Barrage du Lac de Castelnau
Passage sur le barrage

À partir de ce point et pour les 16 km restant, nous avons suivi un chemin qui longe la berge gauche du Lac. Ce chemin, est praticable en vélo. Mais les orages de la veille ont raviné certaines parties. Chose étrange, le chemin suit un parcours en montagnes russes. À tel point que certaines portions ne sont pas “montables”. Alors l’esprit d’équipe fait la différence. Le premier arrivé vient aider le plus en difficulté. Hormis Julien qui est arrivé à vaincre toutes les montées sans descendre de son VTT, nous avons tous poussé nos vélos sur certains passages.

Le long du Lac
Le lac de Castelnau est formé par le barrage et le Lot qui l’alimente. On devine le chemin en haut à droite 😲

Retour à la civilisation.

Malgré 28 petits km, cette journée a été particulièrement physique et sportive. À l’unanimité, nous décidons de nous accorder 1 jour de repos dans un Camping (avec piscine !) Arnaud choisira le Marmotel ****. Avec sanitaires privatifs et piscines chauffées.

Et pour récupérer de l’effort intense de la journée, nous avons cuisiné 1kg d’Aligot accompagné de saucisses de Montbéliard (5 fruits et légumes par jour … !?)

Aligot, saucisses (rosé)

À l’heure où j’écris cet article (06h30), la petite famille dort. Grasse mat’ en prévision et quartier libre pour la journée 😀

Avec Agnès et Léo, nous irons visiter St Eulalie et St Geniez (merci Isabelle B. pour les conseils). Les garçons ce sera plutôt piscine.

 

 

Lot’Story – Conques à Espalion via Bozouls – 10 juillet 2017

Pluie, orage, soleil, nuages … Dans l’ordre ou le désordre, ça marche aussi. Et 2 ou 3 fois de chaque.

Mais journée réussie avec 68 km au compteur et de grosses grimpettes (Le Causse de Bozouls depuis Rodelle)

Réveil pluvieux, nous prendrons le petit déjeuner sous le tarp.

Sortie de la vallée en direction de St Cyprien (sous la pluie)

Ravitaillement à St Cyprien du Dourdou. Tous commerces. La boulangerie fait un pain comme on aime: Bien cuit avec une belle croûte 😋

Par endroit, les maisons sont construites en pierres rouges. Le contraste avec la végétation est saisissant !

Traversée de Villecomtal
Villecomtal

Nous prenons ensuite la direction de Rodelle pour suivre la vallée du Dourdou.

La terre est rouge
Rodelle, village perché

Lorsque le Dourdou s’éloigne de la route, reste la solution de grimper le Causse pour atteindre Bozouls. Et là, on regrette de ne pas avoir acheté un vélo électrique 😉 6 km de montée …

Mais Bozouls, enfin, son trou, laisse un souvenir impérissable (amis de la poésie)

Le trou de Bozouls – Phénomène géologique

Le village entoure le trou

Nous quitterons Bozouls par une ancienne voie de chemin de fer transformée en voie verte; ou presque …

6 tunnels non éclairés. Emotions fortes garanties
10 km de chemin en direction d’Espalion

Vue sur Espalion

Destination atteinte à 18h30. Le Camping d’Espalion** est au bord du Lot. Le tarif nous semble un peu élevé vues les prestations offertes. Et pas de piscine 😮  Après une bonne douche et 2,4 kg de raviolis (!) tous le monde au lit à 09h00. C’était une belle journée et on recommence demain !

Lot’Story – 09 juillet 2017- Livinhac à Conques

Réveil sous un ciel maussade. Nous aurons une alternance de pluie, nuages et soleil toute la journée. Mais qu’est-ce ce que ça fait du bien d’avoir frais !

L’aube sur Livinhac et le Lot

Nous avons repris la route après un arrêt ravitaillement à Livinhac : Boulangerie, épicerie. Nous prévoyons les repas du jour et le petit déjeuner du lendemain. À 5, cela représente déjà un volume et poids important !

Le Lot vers Port d’Agres

Notre parcours longe le Lot jusqu’à la confluence avec le Dourdou, juste avant Grand-Vabre. Peu de circulation. Les bords du Lot sont assez larges par endroit pour accueillir des productions maraichères et agricoles.

Une route noyée dans la nature (Agnès et les gamins en bas à gauche)

Le petit village de St Parthem mérite qu’on s’y attarde un peu en ralentissant l’allure… et finalement s’arrêter !

La vallée du Dourdou conduit à Conques. La route est déserte. La vallée est très étroite et l’environnement très sauvage.

Vallée du Dourdou
Commentaire entendu “vas y, passes le 1er”

Avant de visiter Conques, nous prenons un emplacement au Camping “Beau rivage”***. Pratique, il est situé à 400 m du village et possède une piscine 😂 Malgré des passages pluvieux, nous passerons tous à l’eau !

Installation au camping

Conques est situé à flanc de colline. Le village est simplement magnifique.

Conques
Rues de Conques

 

Informations pratiques :

Très peu de commerces sur cette partie.

Excellent accueil au Camping de Conques. Restaurant, bar et petit magasin. Les emplacements sont grands et longent le Dourdou. Table-bancs à disposition gratuitement ; confort supplémentaire pour les Biclou-nomades !

Bureau de Poste et distributeur de billets à Conques.

Lot’Story – 08 juillet 2017 – Figeac à Livinhac

Nuit difficile à Figeac. La route à proximité était vraiment bruyante. Départ retardé pour cause d’antivol récalcitrant 😣 Obligé de couper le câble avec la lame coupe-câble du multitools Gerber (couteau Suisse version Mieux) Je confirme, ces couteaux sont solides !

Couteau multifonction. La lame noire coupe les câbles !

Après un passage à Figeac pour le ravitaillement (marché le samedi matin et Leclerc express vers les halls), direction le Causse. Grosse grimpette dés le début.

GR65 et vue sur Figeac en arrière plan

Et quelques passages sympas 😁

Quand pousser ne suffit plus …
Juste assez large pour la remorque

Retour sur la route vers St Félix puis déjeuner à Montredon, point le plus haut de notre parcours sur le Causse. Les paysages sont différents de la vallée. L’activité est principalement agricole. De vastes champs, haies buccoliques et arbres centenaires.

Le Causse entre St Félix et Montredon
Le Causse entre Montredon et Livinhac

Les efforts de la matinée ont été récompensés. À partir de Montredon, 6 kms de descente pour rejoindre Livinhac et la vallée du Lot. Notre moyenne a largement augmenté !

Nous avons installé nos tentes au Camping de Roquelongue ***. Le seul équipé d’une piscine. Important !!

Notre campement avec option tarp (petite pluie)

Bilan: Journée sportive 30 km de vélo, piscine et un peu de kayak (prêtés par le camping)

Au lit de bonne heure …

Informations pratiques:

Sur l’itinéraire, quelques points d’eau. C’est aussi le parcours de Compostelle donc beaucoup d’aménagements (tables pic-nic ….)

Le camping de Roquelongue est petit mais les emplacements sont pour la plupart ombragés. La piscine est récente et bien entretenu. Possibilité d’emprunter un kayak, canoë, ou pédalo pour 1 €. Sympa pour découvrir le Lot de près.

Lot’Story – 07 juillet 2017 – Brengues à Figeac

D’abord on dit “Bringue” et pas “Brangues” …

+de 35 degrés annoncés par la météo. Alors départ de bonne heure pour profiter de la fraîcheur matinale. Cette nouvelle journée au cœur de la vallée du Célé est encore pleine de découvertes. Les hirondelles se sont appropriées la vallée. Certainement à cause des nombreuses fallaises (nidification) et de l’importante biodiversité. Leurs cris nous accompagnent dans ce cadre préservé.

Peu de circulation, la route est agréable. Hormis un petit intermède musical … Un “Rougeot”* en voiture nous a abondamment klaxonné ; sans raisons apparentes ?! Pour nous encourager, sûrement ! 1ere chute dans le groupe. Julien a fini au fossé … Pas de bobo pas de photo, pas eu l’temps ! Les vélos sont lourds et on est vite déséquilibré.

Le village d’Espagnac, et son prieuré de St Eulalie. Un îlot de verdure arrosé par le Célé. Le calme absolu 😁

Prieuré de St Eulalie
Prieuré – Cour intérieure

Quelques km plus loi, le hameau de St Eulalie et sa chapelle.

Hameau de St Eulalie – Chapelle

Dans l’ordre, quelques beaux points de vues.

Le Célé (tablette waterproof 😁)
En bas à gauche, dans le mur: marches d’escalier. Maison dans St Eulalie
Village de Corn
Corn – La résurgence apporte une eau très fraiche
Arrivée à Figeac par les chemins

Après 35 km sous un soleil de plomb, arrivée au Domaine du Surgie**** pour une nuit. Grand camping mais bruyant (ligne SNCF et route) Pas de piscine dans le camping mais accès à la municipale. Attention, l’accueil est ouvert a partir de 16h ?!

Ce soir, visite de Figeac (à vélo …😂) La ville est vraiment remarquable sur le plan architectural. De nombreuses maisons “à colombages” et ou mélange de constructions pierre.

La cathédrale n’est pas exceptionnelle vue de l’extérieur. Mais l’intérieur est magnifique. À voir.

À noter, l’Office de tourisme propose un plan guide “les clés de Figeac” (30 centimes) pour une visite d’1h30 en autonomie. Le circuit est intéressant et permet de découvrir l’essentiel.

Figeac- Place des écritures

Programme de demain: Étape de montagne, nous grimperons pour atteindre le Causse et retourner dans la vallée du Lot ….À suivre !

Lot’Story – 06 juillet 2017 – St Cyrq à Brengues

Le Célé est un affluent du Lot. Il chemine, depuis sa source dans le Cantal, au travers d’une vallée encaissée. La route est relativement plate et peu de circulation.

Cabreret
Cabreret et Célé

Les paysages sont magnifiques, nous sommes dans un écrin de verdure. Le Célé apporte sa fraîcheur à de rares hameaux. Le temps semble avoir peu de prise sur ces lieux. On a vraiment l’impression d’être revenu au début du siècle. Pas celui là, l’autre 😉

 

Pause déjeuner à Marcilhac sur Célé. Ravitaillement à l’épicerie locale.

 

Nourriture locale

Encore de grosses chaleurs aujourd’hui. Alors on prend le rythme: vélo jusqu’à 15h00 et piscine le restant de la journée ! Seulement 35 km. Mais pas grave, on est en vacances !

Place aux photos

Depuis des grottes, en bordure de route

 

Basilique de Marcilhac
Une partie de la basilique en ruine.
Camping “le moulin vieux”
Et la piscine !!

Informations pratiques :

Très peu de magasins pour se ravitailler. L’épicerie de Marcilhac permet de trouver un peu de tout dans une ambiance très authentique. La vallée peut être parcouru sur une journée sans difficultés. Environ 70 km. Nous avons compté au moins 3 campings sur le parcours.

Lot’Story – 05 juillet 2017 – Cahors à St Cyrq la Popie

Arrivée hier vers 15h00 à Cahors. Après 2 h de piscine (bien mérité) nous avons préparé les vélos et bagages.

Ce matin, levé à 07h00 pour tous, même les grincheux ! Le départ de Cahors est facile, mais les 1er km se font sur une route assez “circulée” Mais rapidement nous retrouvons petites routes et chemins.

Chapelle Saint VELLE
Village de Vers
Vers – Joli petit jardin paysagé a visiter

 

Le parcours est agréable mais la chaleur complique l’effort: 34 degrés … Ça fait chaud 😁

Arrivée à Bouzies
Sortie du tunnel, arrivée Bouzies
Voie de halage de Ganil

Le passage par les voies de halage est incontournable. Même en vélo ! Mais a pied, les vélos sont lourds…

Après quelques km nous sommes arrivés à St Cyrq la Popie.

Au total aujourd’hui : 35 km

Ce soir, visite du village perché et petite(s) bière (s) 😁

Édit 20:11

Le Lot vu de St Cyrq

 

Village de St Cyrq la Popie
Centre village

Informations pratiques:

Camping la rivière Cabessus *** à Cahors

Très bon accueil, les emplacements sont grands et ombragés. Le camping est calme et bien équipé. 2 piscines !! Acces wifi gratuit.

Service intéressant pour les Cyclos Nomad: Parking surveillé pour la voiture (3€) par jour.

Camping de la plage**** à St Cyrq

Le seul camping mais très bien. Acces wifi gratuit. À noter, plage en sable sur le Lot. Grand luxe ! Depuis le Camping, St Cyrq est accessible en 20′ a pied. Ne pas tenter un accès en vélo. Le village est dans une pente, les rues petites et en pavés …

Lot’Story

Bon, je sais, le jeu de mots est un peu …  Mais le Lot sera bien au cœur de cette histoire. Alors pourquoi pas !

Depuis janvier, nous travaillons sur notre destination de vacances “été 2017”. Le projet initial était de découvrir le canal des 2 mers (canal de la Garonne : Royan, Bordeaux, Toulouse et Sète).

Le Canal des 2 mers à vélo de Royan à Bordeaux - A vélo ...
Cliquez pour en savoir +

Mais l’idée d’enchainer les voies vertes, les voies de hallage sur les 500 km de l’itinéraire ne nous emballait pas trop.

En explorant la région, nous nous sommes intéressés à la véloroute de la « Vallée du Lot » (Aiguillons-Cahors) … Risque de trop d’affluence pour nous; on est un peu sauvage … 🙂

En regardant de plus près, nous avons trouvé notre territoire de jeu : “l’après” Cahors et les affluents du Lot : vallée du Célé, vallée du Dourdou.

St Cyrq Lapopie (Copyright Adam BAKER)
St Cyrq Lapopie (Copyright Adam BAKER)

Au final, nous avons donc tracé notre propre chemin sur 3 départements (Lot, Aveyron, Cantal).

Notre parcours résumé : Cahors-St Cyrq Lapopie-Figeac-Livinhac-Conques-Bozouls-Espalion-St Geniez d’Olt. Soit 420 km aller/retour. L’itinéraire est construit sur une alternance de routes, voies vertes, voies de hallage, chemins.

 

Itinéraire prévisionnel Lot 2017
Cliquez pour agrandir

Le blog nous permet maintenant de communiquer plus facilement. Nous essaierons de rédiger un article tous les jours avec quelques photos. Sous réserve de réseau Wifi/3G disponible !

Départ début juillet !

Chemin de hallage sur le Lot (Copyright PLINE)

En savoir + sur la vallée du Lot:

A voir, le projet de poursuite de la véloroute de la « Vallée du Lot » Cahors-Mende, et la randonnée militante. AF3V (click!)

(Merci à Julien SAVARY de l’AF3V pour les infos communiquées !)

Crédit photo, en attendant les nôtres !!):

Alan BAKER sur Flicker (click!)

PLINE (click!)

Tarp, or not ?

Le tarp !

Voyager à vélo sur plusieurs semaines, demande à revoir et adapter son niveau de confort. Là on est tous d’accord. A l’inventaire de l’indispensable se rajoute l’utile et le futile-mais-agréable. Chacun décidera, selon sa propre conception du voyage, de la longueur de la liste de cet inventaire. Et le tarp se situe quelque part entre ces 3 niveaux …

Dans le domaine de la randonnée, le tarp désigne de façon générique une toile résistante et imperméable utilisée pour dresser un abri temporaire ou semi-temporaire. Le tarp est vendu seul ou accompagné d’accessoires (haubans, piquets …) Certaines marques proposent également des mâts (x2) démontables.

Tarp a velo (soleil)

Le Tarp est très pratique pour abriter l’espace commun du camp. Il permet de se protéger, ou de protéger les vélos et matériel, du soleil, de la pluie. L’installation est possible via de multiples configurations et s’adapte à tous les lieux. Les 2 mâts ne sont pas nécessaires. On peut, soit en fabriquer sur place avec des branches, soit fixer le tarp uniquement via les haubans (entre des arbres par exemple)

 

Tarp, multiples possibilités de montage

 

Nous l’avons donc inscrit dans notre inventaire de l’indispensable. Mais avec quelques modifications. Ce modèle polyvalent (environ 30€) est accompagné de tous les accessoires ; et les 2 mâts en acier sont très … très lourds ! Toile +accessoires = 2,6 kg.

Alors petit bricolage maison : Il y a quelques mois, j’ai sauvé des tubes en aluminium de la déchetterie. Après quelques heures de sciage, meulage, j’obtenais 2 beaux mâts démontables et gagné 1 kg sur le poids total du Tarp.

Tarp a velo (Pluie)

Lors de notre ballade en Bretagne, il a été très apprécié. Pluie le soir et presque toutes les nuits !!

Certains l’utilisent également pour dormir ; en remplacement de la traditionnelle tente (gain de poids, encombrement, très amis avec la nature 🙂 )

Sources :

Documentation:  http://www.arklight-design.com/Files/27192/9188100109548.pdf

Dessin d’illustration:  https://nopanic.fr/bob-bug-out-bag/abri-tente-tarp/

Quésaco : Préparer son parcours

 

Allez hop, quelques informations sur “comment” nous préparons nos sorties en biclou !

Notre méthode n’a rien d’exceptionnelle et on essaie de faire simple (enfin … au début, après ça se complique …)

Se laisser guider …

Le site de l’AF3V (click!) recense toutes les voies vertes et véloroutes de France. Les informations sont nombreuses et permettent de construire un parcours facilement.

Si vous souhaitez voyager sans trop vous inquiéter de la navigation et sur des voies sécurisées, ces itinéraires sont parfaits. Les voies de circulation sont généralement dédiées au vélo et une signalisation régulière informe des distances, directions … Nous parcourons régulièrement les voies vertes. C’est facile et agréable. Mais attention à la fréquentation, surtout les W.E. et sur les portions a proximité des agglomérations. Des topo-guides détaillés existent pour tous les grands itinéraires.

… ou Suivre son chemin.

Le biclou-nomade est en quête de découvertes, d’un retour à la nature … et aura tendance à fuir la foule. Alors, pour nous, sortir des voies balisées est devenu inévitable !

Définir les étapes obligatoires du parcours, les lieux à visiter absolument

Prendre en compte la durée du séjour en restant raisonnable sur la distance entre ces étapes. Nous programmons des journées de 40 à 70 km de vélo par jour. Au-delà, c’est plus des vacances 

Tracer une ébauche du parcours

Attention au dénivelé !! Les vélos sont lourdement chargés …

Faire des hypothèses sur les points de départ et d’arrivée

Dans la mesure du possible, nos parcours sont construits en boucle. Point de départ = Point d’arrivée. En évitant de passer 2 fois au même endroit. Pas drôle. Mais dans certains cas, ce n’est pas possible. Les solutions de retour s’envisagent donc en transport en commun.

Un train spécial est accessible aux cyclotouristes de la Loire à vélo pour un retour au point de départ.

 

Les blogs et sites internet dédiés au cyclotourisme sont nombreux. Certains proposent des cartographies et traces .gpx (fichiers gps) En combinant nos propres itinéraires avec d’autres déjà pratiqués nous gagnons du temps de préparation. Internet est une mine d’informations !

Modéliser le parcours

Au départ, nous utilisons une carte pour visualiser notre trajet. Dans la plupart des cas une échelle 1/100000ème est suffisante. Mais l’altimétrie et donc le dénivelé peuvent être difficiles à appréhender. Le système GPS devient alors intéressant. Et j’aime bien la technologie … Et un jour le Père Noël m’a apporté un joli GPS … Et maintenant j’utilise un logiciel  de cartographie pour finaliser l’itinéraire. Enfin j’essaye … 🙂

 

Finalement c’est pas si compliqué et les avantages sont nombreux : Données précises de chaque étape (altimétrie, distances …), cartographie complète au 1/25000ème  , ajout des points d’intérêts  (campings, lieux à visiter ..), vision complète du parcours et export sur Google-Earth, …

Google earth pro

Le parcours est ensuite intégré au GPS qui assurera la navigation selon le chemin tracé via le logiciel de cartographie. A noter : Le GPS enregistre aussi votre parcours (trace). Ce qui nous permet, au retour, de connaitre le parcours réellement suivi et d’obtenir toutes les statistiques nécessaires… Et de partager notre itinéraire sur biclou-nomade (les fameux fichiers .gpx)

Mais d’autres solutions existent sans investir dans un GPS. Par exemple, en croisant les outils Google-maps / Google-earth  et les éditions de cartes sur-mesure (cartes à la carte) de l’IGN (click!) on obtient un road-book tout aussi efficace.

Bon, c’est vrai que c’est pas indispensable tout ça … Mais il s’agit avant tout de se faire plaisir, non ? (Et avec une bonne carte, pas besoin de piles !!)

La soif de nature mène parfois au cul-de-sac !

Merlin par la Vilaine et Oust retour à Redon

Bretagne, septembre 2016

Merlin par la Vilaine et Oust retour à Redon

Itinéraire préparé par Agnès

Jour 1 – 61 km – REDON à BOURG DES COMPTES
Au départ de Redon, le parcours devient rapidement sauvage le long de la Vilaine. La voie de hallage est en bon état. Le revêtement est toutefois très salissant. Ça doit être terrible en cas de pluie !Paysage Vilaine

Quelques villages et ouvrages le long du parcours. A noter l’accueil chaleureux du Café Restaurant de Brain-sur-Vilaine, place des Ormeaux (accès direct depuis la Vilaine) L’arrivée a Bourg-des-Comptes est marquée par le passage de l’écluse avec passerelle mobile.

Passerelle mobile sur Ecluse

Bon accueil au Camping municipal.

Jour 2 – 65 km – BOURG DES COMPTES à PAIMPONT
Le parcours alterne chemins, petites routes sur divers revêtements en bon état, dans un écrin de verdure.
Nous quittons la Vilaine par le pont SNCF dont une partie est aménagée pour les piétons. Malgré les premières inquiétudes, la remorque passe « tout juste » entre les 2 barrières.

Remorque vs passerelle

Changement de paysage, retour à la civilisation. Et suite a une erreur de navigation, traversée de Pont Péan, Bruz et St Oven. Nous en profiterons pour faire notre ravitaillement !

*(Sauf a devoir faire ses courses, nous conseillons plutôt de traverser la Vilaine au pont SNCF et de prendre la 1ère route à gauche jusqu’à Pont-Réan puis St Oven)

La route se perd rapidement sur de grands plateaux agricoles. D’immenses champs céréaliers a perte de vue.

 

Seuls quelques éoliennes et bosquets d’arbres viennent ponctuer le paysage. Progressivement, les champs disparaissent et laissent la place aux arbres et à la forêt.

L’arrivée à Paimpont et a son camping se fera sous une pluie très Bretonne (vous voyez, lorsque la pluie arrive aussi par en bas:-))

Visite de la ville médiévale a pied, quelques bars restaurants pour envisager de passer une bonne soirée !

Jour 3 – 69 km – PAIMPONT à LA PRENESSAYE
En bon touriste, nous prenons la direction du tombeau de Merlin l’enchanteur et de la fontaine de jouvance. Bon. Le cadre forestier est agréable mais pas grand chose a voir.

Les kms s’enchainent sans grande difficulté jusqu’à St Méen-le-Grand ou nous prenons une voie verte. La dernière partie de cette journée, à partir de Merdrignac, est plutôt sportive.

Une lonnnngue montée régulière … L’arrivée a la Pressenaye est agréable mais le chemin passe a proximité d’une carrière en activité assez impressionnante et bruyante. Le camping municipal est petit, propre et calme.

Bon a savoir : En dehors des périodes de congés, la clé des sanitaires est disponible a la Mairie. Et on passe devant la Mairie pour aller au camping … qui lui est tout en haut du village (grosse grimpette)


Jour 4 – 67 km – LA PRENESSAYE à PONTIVY
Retour sur la voie verte. Le parcours est agréable, nous traversons de nombreux hameaux jusqu’à Mur-de-Bretagne. Nous rejoignons le “canal de Nantes a Brest” à partir du Barrage de Guerlédan. Nous profitons de la pause déjeuner pour faire une halte a St Aignan.

St Aignan

Très joli petit village.

St Aignan - Eglise

 

La voie de hallage est globalement en bon état. Les abords sont agréables. Doucement, la nature reprend ses droits sur les aménagements des hommes.

Oust

Pontivy, cité médiévale. A visiter pour ses monuments, ruelles et restaurants.

Pontivy - Citadelle

Pontivy - Crêpe

 

Le camping municipal est situé a proximité directe du centre ville. Donc beaucoup de bruit et un cadre pas franchement agréable (pour nous) Malgré tout bon accueil et camping correct.

Jour 5 – 68 km – PONTIVY à LE ROC ST ANDRE
Très belle étape avec peu (pas) de dénivellé. Le cours d’eau suit un parcours sinueux constitué d’écluses anciennes et bordé d’antiques bâtiments réhabilités (ou pas).

A l’écluse de Timadeuc, nous avons fait un crochet jusqu’à l’Abbaye du même nom. Bon, le bâtiment est a voir.

A visiter absolument : Josselin, cité médiévale. L’accès au clocher de l’église est gratuit.

 

 

Le camping de le Roc St André est assez original. Il y a bien sur des emplacements « classiques » mais aussi la possibilité de louer des caravanes d’époques. Anciennes ou rares.

A noter : Piscine couverte !

Jour 6 – 49 km – LE ROC ST ANDRE à REDON
Journée assez classique sur une voie de halage, village à découvrir pour une pause café : Malestroit. La fin du parcours jusqu’à Redon est assez linéaire mais agréable.

Oust vers Redon

Pour conclure :
Cette boucle d’environ 400 km permet de découvrir une partie de la diversité des paysages bretons et la richesse de son histoire. Le jour 3 nous a rappelé, qu’il y a fort longtemps, la Bretagne était un massif montagneux…

Trace .GPX (zippé) : Bretagne – Merlin par la vilain et Oust retour a Redon

Carte - Vue globale parcours